« Dracula, du livre au film, note 3 | Accueil | Love Religion, Homo sapiens sapiens Homo, chapitre Le couple... »

03/07/2006

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

ah...si adam avait accepté la fantaisie de lilith, sa première compagne, (ne dit-on pas qu'elle a fui adam parce qu'elle refusait de s'unir à lui en position du missionnaire ?) , sans doute n'eut-elle jamais été honteuse de cette nudité, elle....

Contre-histoire intéressante, mais qui, dites-moi si je me trompe, a pour conséquence, néanmoins, de lier faute, honte, à l'existence et à l'action de cette pauvre Eve... Non ?

http://fr.wikipedia.org/wiki/Lilith

certes....et ainsi conté,de toutes façons, les dés semblent pipés dès le départ, eve porte le poids de la faute, et lilith le mal en elle
simplement, l'existence de lilith, tjs tue, ne suppose pas t-elle pas la responsabilité d' adam , déjà psycho-rigide...

qaunt à la nudité, adam et eve ont associé leur nudité à leur faute et se sont couverts de feuilles, sans doute parce que la conscience de leur sexes dénudés les renvoyaient à leur faute, il s n'étaient finalement pas honteux de la faute par elle même, mais honteux ( = conscients qu'ils soient condamnés parce que leur sexe nu avait été utilisé pour pecher) que leurs sexes soient devenus le symbole de la faute ?
pq se sont-il couvert le sexe ?

Vous comprendrez, comprenez, que je refuse "l'exégèse", pétition de principe selon laquelle le texte a du sens, un bon sens, au moins, parmi la diversité des interprétations, et qu'en sus, il est "divin"...; alors que je le dis, mensonger et dangereux...

cher ami,
si vous arrêtiez de croire qu'Adam est un homme et qu'Eve est une femme, si vous considériez le serpent (nb: le plus intelligent des animaux!) comme ce qu'il est réellement, plutôt que de suivre certaines interprétations délirantes, nul doute que vous sauriez lire la Genèse et que vous constateriez qu'il y est raconté la même histoire que dans l'illiade et l'odyssée, l'épopée de gilgamesh, la baghavad gita, les poèmes de rimbaud ou ceux de rené char, voire même lost highway de david lynch.
peu importe en fait les histoires que les enfants se racontent à ce sujet, ce qui compte est dans cette minuscule phrase: "commence par ta propre personne".

Cher ami ?

Je veux bien, mais ce genre de commentaires...

Que dire ?

En somme, tout est dans tout ? Cela ne tient pas. En outre, s'il y a des liens évidents et méconnus entre des histoires bibliques et des récits mésopotamiens, si la Génèse a pu être inspirée..., que faut-il en comprendre ? Vous n'en dites rien. Et parmi vos citations, vous oubliez le gnosticisme, source essentielle.

Donc, je disais, je ne sais que dire et faire avec ce genre de commentaires, puisque vous venez m'asséner, "mais enfin, vous n'avez rien compris, pourtant tout est clair", et ... pas un mot dessus... Reste que je persiste, et je n'ai pas fini de persister !, à dire que ce texte est ... mauvais, dangereux, absurde..., puisque, comme je l'ai exprimé, nous ne sommes jamais sortis du jardin d'Eden...

il est vrai que nous ne sommes jamais sortis du jardin d'Eden mais il est vrai que la plupart des formes humaines en sont séparés par les fantasmes générés par l'intoxication mentale. le fait de considérer le serpent comme un serpent n'en est qu'une illustration de plus.
pour le gnoticisme, il raconte la même chose, il suffit de lire l'évangile de thomas pour s'en rendre compte.
il n'y a pas de goût ici pour les débats stériles, ces choses vous sont énoncées, vous en faites ce que bon vous semble, il y a déjà un certain temps que les délires sur le sexe des anges n'intéressent plus votre serviteur.
pour votre gouverne, tous les grands courants spirituels sans exception amène l'humain au même point, qui est le bord du gouffre, ce que fait aussi la physique quantique par un autre chemin: à cet instant, l'immense majorité des formes humaines font demi-tour et repartent jouer dans leur bac à sable infantile de passions létales. pourquoi voudriez-vous donc qu'on tente d'expliquer à des sourds?
si vous vous positionnez dans une démarche de recherche sérieuse, "commence par ta propre personne" est un excellent prérequis.
tant que vous n'êtes pas allé au plus profond de cette question, vos discours prétendument objectifs ne sont que fantasmes reposant sur un mythe: celui de l'observation objective sans sujet défini, autant dire du vent (ce discours catégorique ne se veut pas insultant, comprenez-le, il n'est que brutale lucidité).
observation objective = un sujet observant + le phénomène de l'observation + l'objet observé.
et aucun humain n'est capable de répondre à la question "qui suis-je?"
si vous décidez un jour d'aller au plus profond du subjectif (qui est le seul point d'où on puisse prétendre disposer d'un regard objectif), vous vous en rendrez compte.
bien à vous

L'Evangile de Thomas ? Vous pouvez en parler un peu... ?

80% a minima de l'évangile de thomas figure dans les évangiles dits canoniques.
la grande différence provient de la présentation: dans l'évangile de thomas ne se trouve que des paroles de jésus( 114 au total), appelé ici l'enseigneur. il n'y figure que cela et pas tous les enrobages que contiennent les 4 évangiles, c'est en quelque sorte une version expurgée et axée sur la quintessence du message christique.

le lecteur se retrouve donc confronté brutalement avec un miroir qui lui parle de lui sans fard, ou plutôt de ce qu'il est au-delà des fantasmes inventés par le mental.

on peut comparer l'approche de l'évangile de thomas avec les approches orientales dites "directes" (en opposition à progressives) que sont l'advaita vedanta dans le l'hindouisme ou les voies tchan' ou zen du bouddhisme.

avec ce type d'approche, on se retrouve directement au bord de la falaise; après il reste encore à faire un pas dans le vide, ce qui n'est pas une mince affaire.

la "compréhension" (intégration serait un terme plus adéquat) de ce type de texte dépend de la profondeur intérieure du regard qui se pose sur lui (comme pour tous les grands texte de ce genre).
ces textes s'adressent généralement à un point de l'humain appelé par les grecs "nous", le point extrême du registre émotionnel, la fine pointe de l'âme, pour reprendre d'autres termes employés à ce sujet. ce point se situe au-delà du registre d'activité du mental.

nb: vous devriez dans vos considérations faire la différence entre culte et religion; dans le langage courant, l'emploi du terme religion signifie culte (ou idéologie axée autour d'une doctrine ou d'un dogme); revenez étymologiquement ou sémantiquement au sens premier du terme (religare, relier, d'après lucrèce).

XXIe siècle. Recherche
Au bord de l'orgasme

" Une hormone sea-sex-and-sun
Les chercheurs l'ont alors admis, la sexualité est bien plus complexe dans le monde féminin. «Chez l'homme, la réponse à une stimulation sexuelle peut, dans une certaine mesure, se résumer à une érection, poursuit le Dr Giuliano. Chez la femme, on ne peut la résumer à une augmentation du volume du clitoris et une lubrification vaginale. Tout ce qui est de l'ordre du processus cognitif joue un rôle beaucoup plus important que chez l'homme.» Les recherches se sont donc recentrées sur l'étude des facteurs cérébraux du plaisir féminin. Et les nouvelles cibles thérapeutiques sont désormais des neuromédiateurs. Pelvipharm en teste plusieurs , dont des dérivés de la mélanocortine, de l'ocytocine, et de la sérotonine. «Ce sont les pistes les plus avancées, mais elles ne conduiront pas à un médicament avant au moins quatre ans. Si elles y conduisent un jour», prévient l'urologue."

http://www.liberation.fr/transversales/weekend/192107.FR.php

sexualité: acitivité animale débouchant sur un plaisir de nature animal (aucun jugement de valeur, pur constat; par ailleurs, les bonobos - 2% de différence génétique avec le primate homo prétendument sapiens- ont une activité sexuelle beaucoup plus productive et intelligente; en effet, tous les conflits se résolvent dans le sexe).
érotisme: couche de vernis superficiel liée à des considérations égotiques (eros n'est qu'un nom savant pour le rut)pour revaloriser artificiellement l'activité sexuelle.
libération sexuelle: mythe journalistique, aucune base sérieuse, que du vent, pur baratin dénué de fondement. à peu près 75 à 80% des femmes ont toujours des rapports "ambigus" (euphémisme) avec leur corps.

ça me fait marrer moi ts ces rapports, ces études...sur l'orgasme, le plaisir , l'érotisme and so on
quand on sait combien tout cela est quasiment inexplicable, quand on sait ô combien l'implication cérébrale détermine tout, quand on sait que l'orgasme est multiple dans son ressenti, tjs différent, dans l'intensité, dans la durée, dans la localisation, quand on sait que les memes gestes, les memes stimulis, les memes caresses, le s memes pénétrations auront un effet intense avec telpartenaire et aucun effet avec un autre
quand on sait que les sentiments ressentis pour le partenaire, de l'ordre de la passion, de l'amour, de la détestation, voire de la haine modifie tout
quand on sait que l'on peut ressentir un orgasme impensable avec un partenaire avec lequel notre coeur n'accroche pas et pas d'orgasme du tout avec un être que l'on adore....
toutes ces études me laissent dubitative
mais c'est le coté detestable d el'Homme il veut tout comprendre, pour tout maitriser, tout solutionner

my gode....le jour où l'on inventera une pilule à jouir, j'espère ne plus être de ce monde

@ gmc : vos propos sur l'érotisme : certes, l'érotisme est très articiciel, ne serait-ce finalement ce qui nous distingue des bonobos ?
mais ces artifices perdent-ils de leur attrait parce qu'ils sont 'artificiels ?'
copuler comme des bonobos, ça finit par lasser, c'est vrai

vs dites : 'plaisir animal ' qu'en est-il de l'orgasme animal ? peut- on répondre honnetement à cette question : l'animal éprouve t-il du plaisir dans sa sexualité ?

il en est de même sur une femme ou sur un homme : on peut mesurer les effets du corps d'un orgasme sur eux en les branchant de partout pdt l'acte sexuel, mais jamais un homme aura une idée de la jouissance réelle de la femme et vis versa

la libération sexuelle : entièrement d'acord, ça ne veut rien dire : la femme était bcp plus libre ds des civilisations lointaines ou d'autres époques
les hommes et les femmes ne sont libérés de rien sexuellement simplement pa r le fait qu'ils baisent à tout va à dte et à gche, oo que les femmes se dénudent en ville ou sur la plage
la libération si elle doit être serait plutôt ds leur mentalité , ds leur capacité à inventer d'autres modes relationnels, autre que le couple qui cohabite avec enfants, maison , chat et chien, fidélité, mariage, divorce, pacs and so on...qui ne sont pour eux que la finalité de leur sexualité


Sexualité: activité ... biologique, car les plantes se reproduisent elles aussi, autrement...

animale débouchant sur un plaisir de nature animal (aucun jugement de valeur, pur constat; par ailleurs, les bonobos - 2% de différence génétique avec le primate homo prétendument sapiens- ont une activité sexuelle beaucoup plus productive et intelligente; en effet, tous les conflits se résolvent dans le sexe).

Faites l'amour, pas la guerre, les Bonobos le savent depuis... ? A moins que les êtres humains savent depuis aussi longtemps que les bonobos que faire la guerre, et pas l'amour, apporte d'autres "satisfactions", des résultats que "l'amour" ne peut apporter : des terres plutôt que des enfants, ou des terres pour plaçer les enfants.

"érotisme: couche de vernis superficiel liée à des considérations égotiques (eros n'est qu'un nom savant pour le rut)pour revaloriser artificiellement l'activité sexuelle."

Relation sensuelle et sexuelle entre deux ou plusieurs "partenaires", dans l'absence de souci reproductif : l'érotisme, est, dès lors, tout sauf superficiel...

90% minima de la sexualité des bonobos n'a aucun but reproductif.

un traitement de surface (ou vernis superficiel) ne change pas la nature de la relation, d'autant plus que ce traitement de surface n'est qualifié ainsi que pour des considérations vaniteuses.
d'autre part, "les contraires sont semblables" (nils bohr, nobel de physique) donc le plaisir et la souffrance sont une seule et même chose (trouvez pourquoi).
considérations sensuelles, à méditer:
"les idées fictives naissent
des erreurs suscitées par les apparences.
ces idées sont donc le réel
puisque les apparences ne sont pas des idées".(soûtra de l'entrée à lanka)
toutes les données captées par les
sens sont retraitées et déformées par le mental.
comment sortir d'un monde cosntitué exclusivement d'idées fictives?

pour les yeux:

les bonobos ne donnent pas l'air de trouver l'acte désagréable, vu leur pratique soutenue, on peut présumer qu'ils sont peut-être masochistes mais aucun primatologue ne s'est risqué à affirmer cela.

l'érotisme n'est qu'une idée conceptuelle, du vent médiocre pour s'auto-justifier. dans la relation sexuelle, aucune différence entre un bonobo ou un humain, sauf peut-être ce genre de postulat prétentieux (qui n'est pas à mettre à l'actif des bonobos).
déjà, si vous vouliez aborder la chose d'une manière à peu près crédible, pourquoi ne commenceriez-vous pas par les bases, à savoir démontrer l'assertion "je suis ce corps". ceci fait (ce qui n'est pas le cas à l'heure actuelle, pour votre gouverne), on pourrait aborder la suite sur des bases plus sûres.

Les bonobos sont une exception; passionnante, à l'évidence. Une exception qui peut infirmer, selon les critères, la prétendue "supériorité" humaine.

Je suis ce corps - oui, mais "quel" corps, pour quelle étendue... ?

@ gmc : ce que je voulais dire, c'est que même si l'érotisme est un concept misérable, médiocre, c'est un concept vecteur de plaisir
alors je me fiche que ce soit misérable, l'érotisme ,ça me plaît, je suis une femme de peu

et...bien sûr que oui, le plaisir est égotique...même si nous voulons tjs soi-disant donner du plaisir à l'autre ( le pouvoir de donner du plaisir/ donc se faire plaisir /par le pouvoir que l'on a de donner)

mais c'est alors remettre en cause toute la pauvre condition humaine

enfin, gmc, je suis désolée de vous avouer (mais vs l'avez sans doute déjà observé ) je ne suis qu'une simple femme, très humble, sans aucune connaissance philosphique ou scientifique autre que celles basiques de tout un chacun
je lis, je lis, je lis....par contre, bcp, des tas de choses, et des tas de choses contradictoires, toutes soutenues par des scientifiques, des philosophes...des gens très érudits qui se battent à coups de grandes théories contraires
vous savez donc fort bien, ils me le disent et vous me le dites par vos simples mises en demeures de penser correctement (le bien penser philosophique) que tout est tjs remis en question, au plus haut point de la pensée

un conseil : pensez, si vous voulez être intelligible par d'autres que vos pairs (et c'est souhaitable , à moins que vous n e préfériez les monologues ou les masturbations cérébrales communautaires) employer des termes simples , certaines de vos phrases, (certes destinées à grellety) me sont incompréhensibles.
je suis pleine de bonne volonté pour tenter de comprendre, faire évoluer ma pensée mais encore faut-il que la maitère que l'on me donne soit digérable par mes neurones

cela est possible , j'ai rencontré des gns forts cultivés, brillants, et très intelligibles

"les contraires sont semblables", "le plaisir et la souffrance une seule et même chose" avez vous cité pour grellety
j'ai remarqué cela oui, et notamment dans les plaisirs sexuels
plaisir et souffrance font jouir

si les contraires sont semblables vous me faites découvrir cet am, qq chose : on a dit de moi, maintes fois , que j'étais un oxymore vivant
ce qui n voudrait dire qu'une seule chose : je suis logique avec moi-même en étant tout et son contraire

exo n°1 : démontrer l'assertion 'je suis ce corps".....
pfffffff......j'en ai pour l'été...voulez -vous dire 'cette enveloppe corporelle' ?

'une apparence' n'est pas une idée dites vous, ? ,ah bon ? l'apparence, c'est pourtant l'idée que l'on se fait de qq chose, souvent à mille lieues de ce qu'elle réellement, non ?

je suis allée lire l'article en question, sur la libido féminine sur Libé....eh bien ! rien de réjouissant ni de convaincant
le jour où l'on prétendra s'envoyer au 7ème ciel avec une pilule sera bien triste et la connerie humaine sera bien à son comble
youp la boum, n'importe quel mâle ou femelle fera l'affaire, une petite pilule et hop 4 ou 5 crispations de la croupe amèneront la femme à la félicité
ah ! je le voyais bien avec ces derniers temps avec ces hysthéries collectives, l'Homme n'évolue pas dans le bon sens....

Ce qui est certain, c'est que l'industrie de la biologie humaine qui est en train de se mettre en place rêve de faire des jackpots supplémentaires sur une pilule-machine à plaisir. Mais le jour où cette pilule, à mon sens comparée à tort au Viagra (qui, que je sache, est destinée à permettre aux papis une érection, et non de leur assurer une jouissance intéressante...), sera proposée, elle effraiera, aussi, car elle induit un caractère mécanique qui prétend effacer ou détruire l'affectivité même de l'orgasme, ce que vous avez déjà parfaitement expliqué, à savoir qu'une femme peut adorer un homme et ne rien ressentir avec lui, et au contraire, avoir un orgasme exceptionnel avec un homme qu'elle n'aime pas, etc..., parce que ce plaisir là est toujours lié au thumos, au "coeur"...

chère les yeux,

"les contraires sont semblables" implique de facto que le plaisir est la souffrance; la seule différence établie entre les deux est la dualité bien/mal ou positif/négatif créée par la dimension égotique, rien d'autre. la croyance dans le fondement de cette dualité s'appelle péché originel en territoire chrétien (ceci est bien car cela ME plait et inversement).

grellety,

"quel corps", "quelle étendue", excellente suggestion.
si on parle de sexualité, on parle de la forme physique appelée corps.
on peut y adjoindre la forme psychique appelée mental.
on peut déjà se poser la question du pouvoir supposé d'un individu supposé sur ces deux éléments.
donc "suis-je ce corps physique?" est une question non dépourvue d'intérêt.

GMC,

"on parle de la forme physique appelée corps.
on peut y adjoindre la forme psychique appelée mental."

Une fois de plus, c'est répéter une dualité archi-connue et universelle, comme âme-corps; or, il ne faut plus donner dans ces dualités-divisions; parce que les conséquences sont néfastes. Si nous voulons tenter d'en revenir aux racines, et, y compris, aux racines de ce type de division, il faut constater que le sujet est une force qui prend forme dans l'habitation; et dans cette habitation opère une identification. Le "stade du miroir" n'est pas premier, mais déjà construit, car il faut pouvoir se "reconnaître", et dire "je", "moi", alors que l'étrangeté à priori de l'existence et de cette existence est définitive. Il ne faut pas oublier celles et ceux qui ne peuvent pas habiter cet espace, qui le nient. Or, sans les formes du corps, quelle image pourrions-nous avoir de nous ? Le corps nous donne une image construite, symbolique : une tête, deux yeux, une bouche, un visage de triangulation; et la pointe du triangle qui pointe vers une zone d'animation, d'énergie, comme un Soleil, elle-même supportée par un soubassement plus mystérieux, la zone sexuelle. Le corps ressemble au monde, et le corps évoque des images, comme une pyramide egyptienne, sous le Soleil, et puis, sous la Lune, la nuit venue. Car voilà bien les vrais fils et les vraies filles du "corps que je suis" : les images.

Chance d'avoir un monde image-inné; et parmi elles, Venus. Pourquoi Venus est-elle belle, est-elle même "la plus belle" ?

grellety,
vous faites partie de ceux qui veulent construire des théories ou des idéologies (la construction de théories est l'activité préférée du mental mécanique); pour sortir des images, il faut commencer par les regarder lucidement: or, que vous le vouliez ou non, vous disposez dans votre base de raisonnement d'une représentation (donc d'une image) liée à la question "qui suis-je?"; cette représentation tourne autour de croyances telles que "je suis ce corps" et "je suis cette chose qui pense", ces croyances sont non fondées.
si vous n'abordez pas de front ces deux questions, jamais vous ne sortirez des images et donc toujours vous resterez dans un virtuel que vous qualifierez de réalité.

le "stade du miroir" comme vous l'appelez génère de la confusion (naissance d'Ismael- un onagre, animal stérile, à la face de ses frères- entre autres) ou "la boue mélangée à l'eau claire donne de l'eau boueuse" (ref.bouddhiste et hindouiste).
"le corps ressemble au monde" est une prétention anthropomorphiste; elle est dénuée de fondement, elle aussi( allez consulter l'évangile de thomas à ce sujet: "lorsque vous aurez des Yeux à la place des yeux,une Main à la place d'une main, un Pied à la place d'un pied, une Image à la place d'une image, alors vous entrerez dans le royaume"). il faudrait que vous ayez vu le monde pour pouvoir l'affirmer. or, pour l'instant, votre monde est constitué de représentations mentales (ceci énoncé d'après votre discours).

pour en revenir à "je suis ce corps", expliquez donc comment vous pouvez faire effectuer 20 000 opérations par seconde à chacune des 70 000 milliards de cellules de ce corps que vous prétendez vôtre (sans l'avoir démontré) et cela 86 400 fois par jour (nombre de secondes dans une journée). êtes-vous capable de demander à une dizaines de cellules de n'effectuer que 5000 opérations par seconde?

Vénus, ou Aphrodite est la plus belle car elle est la déesse du Désir: et le Désir de Dieu est que ce monde soit; ce monde est, donc le Désir est satisfait.
inutile de relancer le débat sur un parallèle avec le désir animal du rut que les humains qualifient d'eros essentiellement pour des raisons de vanité égotique.

en dernier lieu, aucun philosophe ne sait dire ce qu'est le sujet; il est donc inutile de postuler l'existence de ce qui n'est qu'une abstraction hypothétique.

revenez à votre assertion non démontrée d'être ce corps physique plutôt que de pratiquer le mélange des genres; vous avez affaire à un simplificateur, pas à un coupeur de cheveux en quatre.

Oui, Maître

il n'y a aucun maître ici, grellety, juste un barde tout au plus (un aède pour rester dans l'environnement grec).
mais qui est joyeusement disposé à écouter vos argumentations contradictoires, si vous en avez.

vs etes terrifiant gmc....l'intime avec vs ça doit être quelque chose...;)

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Maisons d'édition

Your email address:


Powered by FeedBlitz

Pages

Blog powered by Typepad
Membre depuis 05/2004

octobre 2017

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          

Made with ImageChef

Devenir Fan