« Oedipe incestueux... | Accueil | Etape supplémentaire vers un Etat fasciste... »

07/11/2005

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

ooh… je n'avais pas vu sa présentation.
Délicieuse…
Brigitte Bardot! … sans commentaire…

Il y a quelques années, une fille s'est faite violée du côté de Lyon, il me semble (mais ça pourrait être partout ailleurs), non pas par des "racailles" mais par un Charles-Henri, un Georges-Alain, un Goeffrey et un autre Philippe…

La jeune fille a bien tenté de porter plainte, mais les parents aux "hautes fonctions" se sont chargé du problème et de son silence surtout. Non seulement elle a été violentée et humiliée, mais en plus humiliée une deuxième fois par "l'autorité parentale" bourgeoise et "bien pensante".

C'est cela la morale bourgeoise, et la "racaille" des banlieue ne fait que prendre exemple sur l'arrogance des bourgeois…

C'est vrai que ce genre d'histoire glauque ne passe pas au journal de 20 heures… à la limite une ébauche de scandale dans voici ou point de vue…

C'est ça la France…

Bon, d'accord. Ce cher Henri-Paul est un peu "cliché"... Mais de grâce, pas généralisations abusives... A noter que:
- la noblesse n'existe plus depuis 1789 (on devrait parler de "familles d'ascendance noble" aujourd'hui)
- les "nobles" ne sont pas tous, et même loin de là: riches, de droite, pervers, arrogants j'en passe et des pires clichés dont l'auteur du blog, avec tout le respect que je lui dois, semble légèrement imprégné...
- la "morale bourgeoise" et la "morale noble"(terme impropre, mais bon...) sont deux choses bien différentes. La bourgeoisie est une classe, la "noblesse" est un ordre. La bourgeoisie a pu, par exemple, s'appuyer un moment sur l'Eglise (surtout XIXe); ce n'est pas le cas aujourd'hui (et zut pour ceux qui pensent le contraire; non, l'Eglise n'est pas un pouvoir d'argent aujourd'hui, oui, l'influence de l'Eglise est très limitée). Pour la "noblesse", les fidélités sont d'un ordre différent, ne dépendent -en théorie- pas des circonstances.
Pour 1940, d'Astier de la Vigerie, Honoré d'Estienne d'Orves (premier résistant "de Londres" fusillé) sont deux contre-exemples non négligeables...
Merci de lire ces quelques précisions avec bienveillance...

Une personne d'ascendance noble.

Vous avez écrit :
Bon, d'accord. Ce cher Henri-Paul est un peu "cliché"...
«Cher» et «un peu» ? Cher – vous êtes libre de vos sympathies, mais pour qu'il vous soit «cher», il faut que d'autres, qui me semblent pour autant sympathiques, ne vous soient pas chères ! Quant à votre «un peu», c'est peu de dire que c'est un euphémisme ! Il est cliché ! Mais le pire, c'est qu'il pense ce qu'il dit et écrit. Donc, c'est pire encore !
« Mais de grâce, pas généralisations abusives...»
Généralisations ? De grâce, ne qualifiez pas une ou des reflexions qui mettent en jeu des groupes de personnes PARCE QUE CES PERSONNES L'ONT CHOISI de «généralisation», sinon, nous ne parlerions pas de «noblesse», or vous le faites vous-même quelques lignes plus bas. La question est donc : dans cette pseudo-classe (ni classe ni «ordre» mais prétention à), les non-sectaires, non-incestueux, non-haineux, ... contrebalancaient-ils, avant 1789, et après, aujourd'hui encore, les sectaires, incestueux, haineux, traîtres à la nation ? Je ne crois pas. C'est un problème d'éducation. Vous écrivez «personne d'ascendance noble». Donc vous savez parfaitement que les nobles (et bien sur, il y a toujours des exceptions à la règle, des minoritaires au milieu de majoritaires) ont développé une éducation basée sur le mépris voire la haine du peuple, sur une obligation d'alliances maritales et familiales à l'intérieur du seul corps «noble». Je ne voudrais pas vous prendre en flagrant délit de mensonge.

Quant à « la noblesse n'existe plus depuis 1789 (on devrait parler de "familles d'ascendance noble" aujourd'hui)», vous avez raison et tort à la fois; raison dans la mesure où ce qu'elle fut en terme d'organisation et de puissance n'existe plus; mais toutefois, son éducation, ses références, ses règles, ses sentiments dominants, ... existent toujours bel et bien, et d'ailleurs, il s'agit même d'une revendication de la part d'une majorité de ses membres.

«les "nobles" ne sont pas tous, et même loin de là: riches, de droite, pervers, arrogants j'en passe et des pires clichés dont l'auteur du blog, avec tout le respect que je lui dois, semble légèrement imprégné...»
Ah oui ? Oui, c'est vrai que la Révolution a porté un coup sévère à certaines familles. Mais d'autres ont su se défendre, sauver les meubles, les récupérer lors du retour des émigrés sous le Premier Empire, se venger avec sévérité pendant la Restauration, et depuis retrouver un certain standing (toujours grâce aux réseaux, à l'Eglise, à l'Armée...). Quant aux faits qu'ils ne soit pas «de droite», oui, c'est comme tout, il y a des exceptions, mais quant à la majorité ?
« la "morale bourgeoise" et la "morale noble"(terme impropre, mais bon...) sont deux choses bien différentes. La bourgeoisie est une classe, la "noblesse" est un ordre. »
La noblesse est le rêve de la bourgeoisie; il s'agissait et il s'agit pour les membres de la seconde de devenir semblables à ceux qui sont membres de la première. Grâce à la puissance financière, certains ont des conditions de vie tout à fait semblables et même meilleures encore de celles des nobles de l'Ancien Régime. La «compétition» basée sur la comparaison et la distinction est toujours essentielle entre ces deux «classes» dont l'existence dépend du baptême noble, puisque c'est la noblesse qui a inventé la bourgeoisie, dans les faits, et dans les mots, pour designer ces populeux enrichis par le commerce...

« La bourgeoisie a pu, par exemple, s'appuyer un moment sur l'Eglise (surtout XIXe); ce n'est pas le cas aujourd'hui (et zut pour ceux qui pensent le contraire; non, l'Eglise n'est pas un pouvoir d'argent aujourd'hui, oui, l'influence de l'Eglise est très limitée). »

Elle est limitée parce que des républicains se sont durement battus contre son influence, mais elle se bat elle toujours pour retrouver toute son influence, et elle en possède beaucoup encore, beaucoup trop, en France, en Europe, en Amérique du Sud...
« Pour la "noblesse", les fidélités sont d'un ordre différent, ne dépendent -en théorie- pas des circonstances. Pour 1940, d'Astier de la Vigerie, Honoré d'Estienne d'Orves (premier résistant "de Londres" fusillé) sont deux contre-exemples non négligeables... »
Certes, pour combien de membres «nobles» dans l'extrême-droite, la Cagoule, etc... et depuis dans l'armée d'Algérie; dans les partis politiques de droite et d'extrême-droite.

Puisque vous semblez enclin à un «débat honnête», voici une question pour vous : puisque vous les connaissez mieux que nous, les descendants français de la dite noblesse d'avant 1789 ont-ils compris, ou reconnaissent-ils que leurs aïeuls ont, par leur excès, d'amour-propre, d'égoïsme, de légéreté, d'abus de droit, favorisé la Révolution, conduit le peuple et la bourgeoisie à une exaspération légitime ? En somme, les nobles se reconnaissent-ils une responsabilité essentielle dans la Révolution ou sont-ils encore malheureusement des réactionnaires qui prétendent, comme ce Legros, au titre de «victimes» ?

Merci de lire ces quelques précisions avec bienveillance...
Une personne d'ascendance HUMAINE.

Qui a supprimé TOUS les droits sociaux en 1791 avec la loi le Chapelier? les révolutionnaires!
Qui a proposé de rétablir le salaire minimum: l'encyclique Rerum Novarum de Léon XIII à la fin du XIXe siècle, ila fallu attendre 1950 et les démocrates chrétiens au gouvernement pour le réaliser!

Le Chapelier a fini par en perdre la tête, à force de double jeu "révolutionnaire" et anti-révolutionnaire. La contradiction finit par s'éliminer elle-même...

Quant au fait que l'Eglise ait défendu "le salaire minimum", ce n'est pas le maximum qu'elle pouvait faire; elle n'a défendu que le principe d'un salaire MINIMUM ! et vous voudriez que nous prenions cela pour une "mesure sociale"... Décidément, il y a beaucoup trop de gens dans ce pays qui prennent les autres pour des idiots... Passons.

Quant au couard qui a publié un commentaire idiot et que j'ai censuré par ailleurs (la vacuité va à la vacuité), il s'agit en fait du responsable de ce blog :

http://nationallibertaire.hautetfort.com/

Edifiant ! Mais celui là encore, il faut le remercier. Il démontre, par leur existence même, par la violence de leur propos, par leurs idées simplistes, ou mensongères, ou creuses, que l'extrême-droite française est bien ce cauchemar qui pèse d'un poids devenu excessif et injustifié sur le destin politique et social de la France.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Maisons d'édition

Your email address:


Powered by FeedBlitz

Pages

Blog powered by Typepad
Membre depuis 05/2004

juillet 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Made with ImageChef

Devenir Fan