« Le cas Georges Bush, "What happened", un titre-livre comico-tragique... | Accueil | Derrière un kamikaze islamiste, les lâches manipulateurs... »

31/05/2008

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

J'aime bien me retrouver ici de temps à autre, parfois je ris, parfois je sursaute, mais le plus souvent je ne commente pas, parce que j'adhère à ce côté "action littéraire", j'aime le côté réflexif que peuvent prendre certaines phrases, mais à mes yeux la politique est morte, je ne vois de l'opposition nulle part, parce que la société est ainsi, point souple.

Je rêve et reste beaucoup trop dans l'abstraction et la théorisation pour y croire, il me suffit de m'arrêter un moment et regarder autour de moi...

La situation politique en l'état n'a aucune envergure, peu importe les sensibilités, chacun trahit ses idées, "parce que la société".

Si j'avais accepté d'entrer en politique je n'aurais jamais accepté de me mêler à cela. Je préfère écrire, penser, tracer quelques esquisses...

Malgré tout, ton blog revêt un intérêt certain à mes yeux et pour en revenir à l'article sur lequel j'interviens, je crois que tout est dit, j'y aurais apporté certaines nuances évidemment, mais c'est le réflexe socio-ethnologique ;)

Au plaisir !

Princesse,

Merci : de tes visites, de tes lectures, de tes sentiments nuancés. Tu te doutes bien que j'apprécie ce regard attentif. Je ne suis pas d'accord avec ton analyse sur "la politique", et j'en suis à me demander si ton propos n'est pas fondamentalement "féminin", dans un sens négatif, au sens où, aujourd'hui, cette analyse et ce sentiment sont dominants chez les femmes, malgré leurs paradoxes inhérents. Car "la politique" n'est pas morte : dans la mesure où nous visons par là les moyens et les décisions des pouvoirs, économiques, politiques (redondances), "la politique" est omniprésente, même si elle est superficielle parfois, ou "profonde" aussi, même quand elle est dangereuse, injuste, criminelle. Et elle est d'autant moins "morte" que la France est devenue le parfait exemple de la démocratie totalitaire, avec un Etat omniprésent - sauf, désormais, de moins en moins, concernant ses anciennes prérogatives de services publics et de protection des citoyens, notamment faible. Mais c'est parce que les dirigeants de cet Etat décident d'affaiblir, là, l'Etat, et au contraire, de le renforcer là, que nous sommes toujours sous son influence totalitaire, dramatique. Effectivement, on peut considérer qu'il n'y a pas d'opposition quand "l'opposition" présumée, représentative, ne s'oppose pas. Car qu'entend-on par s'opposer : ce n'est pas réagir négativement et seulement réagir, mais c'est examiner, choisir et mettre en oeuvre des moyens pour contrer les décisions et les actions du et des pouvoirs que nous estimons devoir être mis en cause. De ce point de vue, la seule opposition à l'innommable est formée par des citoyens, des associations, des mouvements civiques.

Je regrette que tu n'aies pas fait connaître tes nuances sur ce que j'ai dit à propos de cette jeune femme, moi, ca m'aurait intéressé, comme cela m'intéresse en corps !

Tu as certainement mal compris ce que je mettais dans la "politique est morte", il est vrai que je n'ai pas développé et encore moins exprimer pleinement tout ce qu'il y a derrière, nous nous rejoignons sur certains points, mais ne te fourvoie pas en t'arrêtant sur une apparence "féminine" ou pire encore un pseudo et un blog qui ne me permet pas de développer cet aspect trop théorique.

Pour interpréter mon propos, il faut remonter à Aristote, en passant par Machiavel et d'autres, et définir certaines notions comme pouvoir et politique.
Tout dépend des différentes sensibilités.
Je te rejoins sur cette idée de démocratie totalitaire en un sens, mais je ne considère aucun pays actuel comme une démocratie dans son sens plein, y compris la France.
Alors je sais ça "choque" la plupart des gens d'entendre ce genre de choses, mais je peux argumenter pendant des heures.
Pour ce qui concerne ce que tu as dit au sujet des avis "féminins", je considère cela comme un point de vue rétrograde, j'aurais appliqué cette vision à bon nombre d'hommes également plutôt qu'en faire l'apanage des femmes.

Bref, quand je dis la politique est morte, c'est parce qu'il n'y plus d'idées, il n'y a qu'un moyen de nuancer certains propos,de maintenir certaines institutions et apparences. Peux-tu me dire ce qu'est la gauche? (Je ne te parle pas de la droite, parce que j'en vois pas le besoin dans un monde capitaliste).

On peut jouer "piano" ou "forte", si les notes restent les mêmes, on pense entendre quelque chose de radicalement différent, et pourtant...

Nous pouvons aller dans une même direction sur certains points, mais j'ai une sensibilité différente, peut-être plus engagée tout en étant trop réflexive pour devenir un pion, je ne peux me contenter de certaines choses.
J'ai passé beaucoup de temps dans des missions humanitaires, mais également dans des milieux "diplomates", j'ai un peu grandi là-dedans tu vois, avant même d'étudier les différents penseurs, je savais déjà ce qu'était la politique et je connaissais déjà ma sensibilité.
Tu sais ce que signifie "diplomatie", c'est être pieds et poings liés face à la loi du marché, l'économie, sourire à un homme qui accomplit des atrocités dans son pays et se faire remercier par une liasse de billets et contrats juteux pour la situation économique du pays. Quand l'argent règne en maître comment prétendre que la politique vit ?
C'est bien de regarder exclusivement la situation française, mais regarde le monde !

Je ne sais si j'ai pu m'exprimer un peu mieux, mais sincèrement j'espère que tu sauras aller au-delà des apparences et réfléchiras à deux fois avant de tenir des propos comme "fondamentalement féminin", ta vision est clairement essentialiste et je n'apprécie pas vraiment ce type de propos, d'autant plus en tant que chercheur...

C'est intéressant de pouvoir échanger sans pour autant être du même avis, de façon plutôt sereine ;)

Au plaisir !

"Pour interpréter mon propos, il faut remonter à Aristote, en passant par Machiavel et d'autres, et définir certaines notions comme pouvoir et politique. Tout dépend des différentes sensibilités.
Je te rejoins sur cette idée de démocratie totalitaire en un sens, mais je ne considère aucun pays actuel comme une démocratie dans son sens plein, y compris la France."

Nous sommes d'accord. Problème : sur la scène intérieure comme sur la scène extérieure, les dirigeants de l'Etat français continuent de jouer les apparences, et de prétendre que la France est l'une des plus remarquables démocraties du monde. Donc, si nous sommes d'accord pour dire que ce n'est pas le cas, il faut et il faudrait contribuer à saper cette affirmation.

"Alors je sais ça "choque" la plupart des gens d'entendre ce genre de choses, mais je peux argumenter pendant des heures."

Tu ne me choques pas, et tu sais que tu peux, ici comme sur ton blog, argumenter pendant des heures, j'apprécierai à sa juste mesure.

"Pour ce qui concerne ce que tu as dit au sujet des avis "féminins", je considère cela comme un point de vue rétrograde, j'aurais appliqué cette vision à bon nombre d'hommes également plutôt qu'en faire l'apanage des femmes."

Cet avis est fondé sur mon expérience, sur ce que je vois, j'entends, j'observe, de la part de dizaines, centaines, de femmes. Pour certaines, la "politique", c'est l'aire extérieure à l'espace domestique, une aire sur laquelle elles n'ont pas de contrôle absolu, possible, et donc elles décident que cela n'a aucun intérêt. Pour d'autres, si la politique a un sens, c'est dans la mesure où il est bien nécessaire qu'il y ait les bons gestionnaires pour faciliter leurs affaires personnelles, mais pour le reste. Globalement, les femmes refusent de s'investir réellement et en profondeur, et on peut comprendre ce sentiment et ce choix dans la mesure où elles vivent dans un sytème d'exclusion, avec non seulement la reproduction des élites mais également la reproduction du pouvoir mâle. A la dernière élection présidentielle, nombre d'électeurs ont voté pour qui vous savez, par machisme ("ah non pas elle, ah non pas une femme"), et même des femmes... Or, mon sentiment et ma conviction, c'est que ce sont les femmes qui peuvent (et doivent !), en participant aux pouvoirs, en "prenant" le pouvoir, et je parle en masse (et non pas une femme providentielle ou perdue au milieu de tant d'hommes ou alors d'une femme-homme, comme Thatcher, Merkel), changer le monde, en profondeur. Et ce n'est pas un hasard si les petits blancs becs qui ont ambitionné d'êtres des hommes de pouvoir pour se venger de la vie qui les ont fait petits, s'accrochent tant. Ils pressentent que, le jour où ce basculement social se réalisera, c'en sera fini d'eux pour - des siècles les siècles ?

"Bref, quand je dis la politique est morte, c'est parce qu'il n'y plus d'idées,"

Plus du tout ? Et qu'entends-tu par idées ?

"il n'y a qu'un moyen de nuancer certains propos,de maintenir certaines institutions et apparences. Peux-tu me dire ce qu'est la gauche? (Je ne te parle pas de la droite, parce que j'en vois pas le besoin dans un monde capitaliste)."

La gauche, ce n'est pas la droite : première définition négative. C'est l'ensemble des mouvements et des individus qui, confrontés à des problèmes ou des défis, ne vont pas les imputer à des faibles : étrangers, chômeurs, qui ne vont pas rêver d'un monde entièrement contrôlé par l'armée et la police; qui pensent que l'éducation n'est pas seulement une valeur (il y en a tant qui, comme les idoles selon Nietzsche, sont creuses), mais une chance d'aller au-delà du dressage humain. Définitions négatives ? Certes, mais être à et de gauche, c'est au moins ne pas être à droite, et cela définit déjà une grandeur humaine. Par ailleurs, c'est bien plus que cela : c'est l'attention et le souci de l'expression des potentialités humaines créatrices, la confiance dans le frère humain, dans la fraternité, malgré les difficultés, malgré les ratés, et c'est le refus de fonctionner sur des critères ethniques et communautaristes pour vivre sa vie personnelle et sa vie citoyenne. Cela me semble être déjà beaucoup, très bien, infiniment mieux...

"Nous pouvons aller dans une même direction sur certains points, mais j'ai une sensibilité différente, peut-être plus engagée tout en étant trop réflexive pour devenir un pion, je ne peux me contenter de certaines choses.
J'ai passé beaucoup de temps dans des missions humanitaires, mais également dans des milieux "diplomates", j'ai un peu grandi là-dedans tu vois, avant même d'étudier les différents penseurs, je savais déjà ce qu'était la politique et je connaissais déjà ma sensibilité.
Tu sais ce que signifie "diplomatie", c'est être pieds et poings liés face à la loi du marché, l'économie, sourire à un homme qui accomplit des atrocités dans son pays et se faire remercier par une liasse de billets et contrats juteux pour la situation économique du pays."


Tu veux parler des péripatéticiens ? ...

"Quand l'argent règne en maître comment prétendre que la politique vit ? C'est bien de regarder exclusivement la situation française, mais regarde le monde !"

Qu'est-ce que l'argent ? Une valeur "neutre". Un billet de 20 euros peut avoir beaucoup de force, selon l'espace et le temps, ou au contraire, valoir de moins en moins. L'évaluation des valeurs est permanente. C'est le support des échanges. En soi, l'argent n'est ni bien ni mal. C'est l'expression même de nos échanges, en tant qu'échanges de choses/valeurs. Le problème, c'est lorsque dans un monde, l'argent devient une finalité et une fin, dans tous les sens du terme, comme aussi dans le sens où le mouvement se termine (dans la rente, sa mort). Ce n'est donc pas "le monde" qui va mal, "l'argent qui pourrit tout", ce sont, certains hommes qui, dans un groupe donné, donnent le là aux autres, parce que les autres acceptent de les subir, et si ceux-là sont des idolâtres, alors...

"Je ne sais si j'ai pu m'exprimer un peu mieux, mais sincèrement j'espère que tu sauras aller au-delà des apparences et réfléchiras à deux fois avant de tenir des propos comme "fondamentalement féminin", ta vision est clairement essentialiste et je n'apprécie pas vraiment ce type de propos, d'autant plus en tant que chercheur..."

"Fondamentalement féminin", parce que toutes les observations l'établissent : les conditions d'existence (biologiques), les perceptions, les jugements, les centres d'intérêt des hommes et des femmes divergent, alors qu'ils sont foncièrement semblables. L'espèce est Homme-Femme, une Division Unifiée. Les femmes ont, intrinsèquement, des qualités, exceptionnelles : la sensibilité par exemple, que je considère comme une forme essentielle de l'intelligence (et qui manque tant aux mâles), l'attention et le goût des belles choses. Mais il peut y avoir aussi des défauts ou des comportements acquis, en raison de la situation des femmes pendant tous ces siècles : le pouvoir, ce sont les hommes, ne nous en mélons pas. Et je ne suis pas d'accord avec cela.

Cela s'appelle le dialogue, non ?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Ma Photo

Maisons d'édition

Your email address:


Powered by FeedBlitz

Pages

Blog powered by Typepad
Membre depuis 05/2004

juillet 2021

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31  

Made with ImageChef

Devenir Fan